Patrie Ailleurs

« Mon identité est le fruit de l’altérité »

 

Quand on s’installe à l’étranger, on découvre ce qui est nouveau pour nous tout en cherchant éperdument ce qui nous est déjà connu. Ces actions contraires, mais complémentaires provoquent une forme de perte de repères qui produit l’intensification du rapport que nous détenons avec nos éléments d’identifications, nos rythmes d’habitudes, notre « je ».

Cette identité intensifiée, chauffée au rouge par l’altérité nous force à réaliser que notre singularité est déterminée par notre parcours passé et ce qui le constitue de manière continuelle, à savoir : les goûts, les formes, les odeurs, les sons, les rites culturels, la culture familiale ou sociale. 

« Patrie ailleurs » est le fruit de cette intensification identitaire; cette série est un amalgame de sujets ou d’éléments identitaires reliés au Valais, découverts au Québec qui pose la question de l’identité.

En passant par l’Estrie jusqu’aux Laurentides, du nord au sud, cette documentation illustre la quête d’équivalence d’une valaisanne expatriée. Les rencontres humaines ont abouti à des portraits, le manque à des visions fantasques et le souvenir à des projections. Certaines prises de vues sèment le doute sur le pays où elles ont été prises tandis que d’autres mélangent carrément les cultures, mais chaque image est une tentative ingénue d’illustrer le moi partie ailleurs, ma « patrie ailleurs ».

 

Cette série a été commandé par l’EnQuête Photographique valaisanne (http://eq2.ch), dans le cadre de son thème annuel 2016, sur le thème de Identité.